Review

French Bread est depuis longtemps passé maître dans l’adaptation de mangas et autres visual novels en jeu de baston 2D. Offrant dans ces titres techniquement travaillés un gameplay d’apparence simple mais qui se révèle au final très complet, le développeur a décidé de s’allier à Sega, qu’on ne présente plus, et Dengeki Bunko (Magazine japonais qui édite des light novels telles que Sword Art Online, Accel World ou encore Strike the Blood) pour un résultat sur Vita, PS3 et PS4 qu’on attendait impatiemment à la rédac. Et on n’a pas été déçu !

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 17/20

Certes, les sprites offrent des contours pixellisés, mais les mouvements sont vraiment bien décomposés et l’animation ne rame à aucun moment, même quand l’action devient cataclysmique à l’écran ! Le design des héros est fidèle à celui des light novels (et pas des animés qui en sont issus, attention), les effets spéciaux sont finement choisis, les incrustations de personnages en gros plans lors des supers procurent un dynamisme pas possible et les décors en 3D tirés des hits de Sega rappelleront d’excellents souvenirs aux amoureux de la marque. Et puis, avouer que combattre avec une Selvaria plus que sexy et sensuelle en 2D, ça a de la gueule !

Gameplay/Scénario: 17/20

Le scénario à base d’écrans fixes sert juste de prétexte à la baston, vous demandant de sauver, de façon métaphorique, le monde de la Dreamcast et ses titres phares du diabolique Zetsumu, qui prend la forme des différents personnages du roster. L’histoire inédite (Dream Duel), quant à elle, ne vous offre que quelques interactions entre héros dont seuls les fans absolus des light novels en retireront quelque chose. Question gameplay, par contre, le titre s’avère très fourni. D’apparence simpliste, le soft possède en fait énormément de subtilités que l’absence totale d’un mode tutorial n’aide pas à appréhender. Breaks, Cancel, Assists de pas moins de 23 personnage secondaires, air combo et j’en passe vous demanderont déjà pas mal de temps avant d’être assimilés. On ajoute à ça une jauge de Climax qui se remplit au fur et à mesure des coups sur 4 échelons pour déclencher des Climax Arts dévastateurs, mais dont la montée peut également être accrue par un Blast au pourcentage de complétion grimpant avec le temps (et qui sert aussi à se sortir d’un combo adverse), et on termine par deux « cartes » offertes à chaque combattant en début d’affrontement, aux effets variant en fonction du héros : frappes plus puissantes, ouverture de nouveaux combos, invulnérabilité aux attaques. Voilà, vous avez un aperçu de tout ce qu’il vous faudra maîtriser ! En plus, les coups sortent le plus simplement du monde avec la croix de direction, pourtant peu fan des quarts de cercle habituellement, un régal !

Bande-Son: 15/20

Les musiques sont plutôt sympathiques puisqu’issues de l’univers Sega (celle du stage de Valkyria Chronicles est juste à tomber, d’ailleurs). Les bruitages font leur job mais c’est surtout au niveau des doublages vocaux, entièrement réalisés en japonais par les voix officielles des persos dans les animés tirés des light novel, qu’il faut trouver l’extase auditive. Entendre Kirito lancer le nom de son Starbust Stream en déchaînant ses lames fait toujours son petit effet sur l’otaku que je suis !

Durée de vie: 14/20

Le mode arcade se boucle trop rapidement et le scénario additionnel « Dream Duel » n’offre que quelques combats de plus. Un mode challenge vous offrira néanmoins un peu plus de difficulté avec son Time Attack, son Score Attack et son Survival. Bien entendu, on peut débloquer et acheter, grâce à des points reçus ingame, des coloris différents pour ses héros, mais aussi des plaques, des icônes et des titres destinés à son profil online. Partie online qui, justement, booste la dure de vie du titre pour peu que vous trouviez des adversaires intéressants ! A noter que vous pourrez combattre des joueurs officiant sur d’autres supports que le vôtre (Vita VS PS3, par exemple) ou ne vous frottez qu’à des possesseurs de la même console grâce au mode « Ad Hoc ». Enfin, maîtriser l’intégralité des 14 persos principaux et des 23 assists vous demandera pas mal de temps, encore faut-il avoir une nature persévérante.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Avec son roster de 14 combattants totalement différents les uns des autres (ce qui vaut mieux qu’une quarantaine quasi identique à la DBZ… ahem), son gameplay simple d’accès mais très demandeur en termes de maîtrise et sa réalisation soignée, Dengeki Bunko : Fighting Climax est un excellent jeu de baston 2D qui plaira assurément aux amoureux du genre ou aux fans des light novels dont il reprend les héros. Le spectacle visuel est au rendez-vous et les combats frénétiques sont vraiment grisants, d’autant qu’aucune frustration due à une croix de direction trop rigide pour les manips ne vient ternir le tableau. Seuls regrets : l’absence d’un tutorial et le mode story totalement anecdotique. Vous l’aurez compris, avec ce titre, French Bread confirme à nouveau son amour pour le jeu de combat old-school, et c’est tant mieux pour nous !



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!