Review

Daymare 1998 est un Survival Horror développé par Invader Studios et vendu 34,99€. Née d’une démo « remake » PC de Resident Evil 2 (1998 sur PS1, d’où le titre) que les devs ont mise en ligne en 2018, le jeu s’est par la suite transformé en nouvelle franchise à part entière, Capcom ayant contraint les programmeurs à stopper leur labeur sur Raccoon City puisqu’il développait, en secret, un vrai Resident Evil 2 Remake. Daymare 1998 se pose donc en titre horrifique hommage aux aventures de Léon et Claire, en vous mettant dans la peau de trois personnages radicalement différents: Liev (le « Hunk » de service) bossant pour un groupe pharmaceutique pas droit dans ses bottes (Hexacore), Sam le garde forestier qui souffre d’hallucinations plutôt violentes et enfin Raven, membre d’HADES, un groupe militaire chargé de récupérer le mystérieux virus « Castor » qui transforme la population de Keen Sight en zombies assoiffés de sang. Une aventure plutôt dense sur le plan scénaristique, des énigmes à l’ancienne, des morts-vivants, des anomalies génétiques et des lieux emblématiques empreints d’angoisse font-ils du premier rejeton d’Invader Studios un bon survival old school? Venez le découvrir dans notre test vidéo!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 10/20

Quel dommage que ce portage PlayStation 4 (et Pro chez nous) d’un jeu PC nous fasse l’effet d’un mauvais portage Switch d’un jeu Current Gen. Entre pixélisation grossière des zombies et des effets de flamme, certains décors étranges (purée, on n’avait plus vu une forêt aussi moche depuis la PS2) et surtout framerate totalement à l’ouest, il faudra se faire violence pour apprécier le soft. Et pourtant, la direction artistique est très sympathique, les clins d’oeils visuels à la saga Resident Evil et à l’horreur de la fin des 90’s sont nombreux, les effets de lumière plutôt réussis et certains environnements sonnent juste. Un bon conseil: croisez les doigts pour un patch de performance ou tentez l’expérience sur PC si vous ne voulez pas être dérangé par une animation qui rame de façon incompréhensible.

Gameplay/Scénario: 12/20

Le scénario se veut plutôt dense, posant le background d’une guerre pharmaceutique, d’expériences de contrôle sur la population de Keen Sight, de traîtrise militaire et du devenir de pauvres civils pris au milieu de tout ça, comme Sam le garde forestier et ses hallucinations morbides. Le souci, c’est que la narration est mal découpée et qu’il faudra vraiment se plonger dans tous les documents dont regorge le soft, dont certains doivent même être décryptés sur Internet, pour comprendre tout l’univers mis au point par Invader Studios. Niveau gameplay, le titre fait sûrement dans le trop old school, avec des personnages incapables d’esquiver ou de sauter par dessus les obstacles, et qui se montrent très patauds dans leur maniement, sans doute pour accentuer le stress et la peur ressentie face à certains zombies parfois très rapide. Et pour ce qui est de l’angoisse, on peut dire que le titre réussit son pari puisque nous avons eu droit à de jolis jump scare, les morts-vivants ayant l’art de vous prendre par surprise, sans un bruit, et votre héros pouvant mourir en quelques coups seulement. Dommage que cette terreur soit également due au fait que le système de recharge s’avère terriblement mal pensé, tout comme les sauvegardes automatiques et l’inventaire d’une rare lourdeur. Par contre, l’obligation de faire très attention à ses munitions et les énigmes bigrement bien pensées font mouche et apportent le côté old school qui nous manque tant dans les productions actuelles un peu trop accessibles.

Bande-Son: 14/20

Les musiques sont anxiogènes à souhait et instaurent un vrai climat d’effroi et de tension, tout comme le sound design qui vous fera sursauter au moindre bruit. On note par contre une gestion étrange de la sonorité des pas et surtout un doublage anglais très mauvais, sans conviction, hormis l’excellente prestation de feu Paul Haddad, alias Léon Kennedy dans le Resident Evil 2 originel, qui brille dans le rôle du mystérieux « Nettoyeur » semblant tirer les ficelles de toute cette machination.

Durée de vie: 17,5/20

Un excellent point pour ce Daymare 1998 puisqu’il vous faudra un peu plus de 8h pour boucler le soft et qu’il est vendu moins de 35€. De plus, il propose quelques collectibles pas évident à récupérer avec la présence de ratons laveurs (tiens, tiens… Raccoon en anglais…) arborant les costumes des plus grands films d’horreur. De quoi retenter l’aventure une seconde fois!

Note Globale N-Gamz.com: 13,5/20

Daymare 1998 est pétri de bonnes intentions et on ressent clairement, au fil du soft, tout l’amour que ses développeurs portent aux Survival-Horror de l’ère PlayStation 1: entre personnages différents à incarner, jump scares qui fonctionnent, ambiance angoissante en diable, musique anxiogène, énigmes inventives et gestion parcimonieuse des munitions, le titre d’Invader Studios impressionne et fourmille également de références à cette ère bénie de la fin des 90’s, que ce soit les films ou les jeux. Le souci, c’est que le projet est trop ambitieux pour une si petite équipe, et le résultat peine à trouver une narration convaincante (malgré la présence de feu Paul Haddad, alias le Léon Kennedy de 1998, en tant que narrateur) et souffre d’un gameplay rigide, de hit boxes étranges, de zombies trop similaires et d’un inventaire terriblement pesant. Ajoutez à cela des sauvegardes automatiques frustrantes et, surtout, un portage PlayStation 4 à la résolution bancale et qui rame anormalement, et vous comprendrez qu’il va falloir pardonner pas mal de choses au soft pour vraiment l’apprécier. Cependant, si vous recherchez un Survival old school et savez faire fi, au moins, de la réalisation bancale, nul doute que ce Daymare pourrait vous procurer de très bonnes sensations oubliées depuis lors. Nous, on y a pris beaucoup de plaisir malgré ses défauts, d’autant qu’une version PC bien plus réussie visuellement existe, alors pourquoi pas vous?



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!