Review

Quand Pixelopus, les papas du magnifique Entwined, se décident à créer un jeu d’aventure poétique exclusivement dédié à la PlayStation 4, ça nous donne Concrete Genie, un titre vendu 29,99€ sur le PlayStation Store et qui vous met dans la peau de Ash, un ado adepte du dessin. Notre héros revient à Denska, la ville portuaire de son enfance… désormais sujette à la désolation suite à une horrible marée noire. A présent désertée, la cité est contrôlée par un groupe de 5 garnements au passé difficile. Mais ce n’est pas tout, puisque la bourgade est également la proie à d’indicibles ténèbres qui semblent la ronger de l’intérieur. Aidé par Luna, une création de votre esprit, et par un pinceau magique capable de donner vie à des génies issus de vos croquis et vivant dans les murs de la ville, vous allez devoir illuminer votre habitat pour mettre fin au règne du mal, et surtout apprendre une merveilleuse leçon de vie qui nous a fait vibrer au plus haut point!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 18/20

Hormis un petit souci de framerate à certains endroits, Concrete Genie est une réussite artistique sans nom, une ode à la poésie numérique, et le must… c’est que toutes vos créations restent sur les murs de Denska jusqu’à la fin du soft. Et que dire de ces génies que vous créez de toutes pièces et qui s’animent devant vos yeux! C’est bien simple, que vous jouiez en 1080p sur PS4 ou en 4K sur PlayStation 4 Pro, Concrete Genie est un bonheur graphique époustouflant, utilisant à foison les effets de particules, les jeux de lumière et votre propre imagination pour donner vie à ce monde envoûtant qui marquera votre rétine!

Gameplay/Scénario: 19/20

Le récit de Concrete Genie est bien plus profond qu’il en a l’air et aborde des thèmes très matures comme la violence d’un divorce, la criminalité, le désespoir et surtout ce fameux passage à l’âge adulte qui peut nous faire si peur. Le tout est brillamment mis en scène à grands coups de métaphores, mais le message s’avère touchant au possible. Niveau gameplay, si la première moitié du jeu s’avère assez sereine et offre un joli terrain de jeu à votre créativité, la seconde partie du soft offre un peu plus d’action pour au final parvenir à ne jamais lasser le joueur et lui donner une indicible envie d’explorer au maximum Denska et de créer tous les génies qui sommeillent en elles.

Bande-Son: 19/20

Le doublage français du soft est une pure réussite et parvient sans problème à nous délivrer l’intensité émotionnelle digne d’un soft de ce genre. Les musiques, quant à elles, ont le bon goût de se diversifier au fil des heures et surtout de rythmer chacune de vos créations par des sonorités spécifiques à chaque croquis que vous peindrez sur les murs. Un vrai voyage auditif comme on l’aime.

Durée de vie: 16/20

C’est le seul point noir de ce soft vendu 30€: une durée de vie qui avoisine les 6h de jeu… mais l’ennui ne pointe jamais le bout de son nez et le titre offre un joli endgame bourré d’exploration pour retrouver tous les croquis de Ash, donner vie à tous les génies restants, et surtout expérimenter le mode peinture libre ainsi que les deux mini-games dédiés aux PlayStation VR, dont un mode « tamagotchi » terriblement plaisant.

Note Globale N-Gamz.com: 18,5/20

Avec ses graphismes enchanteurs, sa direction artistique poétique à souhait, ses effets spéciaux tout bonnement grisants et son récit qui prend aux tripes, Concrete Genie est tout simplement un Must Have de la PlayStation 4. Un jeu qui nous transporte dans un océan inoubliable de poésie, un titre qui marque à vie un joueur, et surtout un soft qui parvient à maintenir ses surprises et son rythme tout au long des 6h qu’il vous faudra pour en venir à bout. A vivre impérativement dans votre existence de gamer!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!