Review

Après La Reine des Neiges et Zootopie, Disney continue sur la lancée de sa « nouvelle génération » de films d’animation avec Vaiana, un long métrage qui entend nous transporter en plein océan pour y suivre le récit initiatique épique d’une « princesse » très loin des canevas auxquels nous avait habitués ce cher Walt ! Une œuvre apte à vous transporter le coeur, littéralement, mais sera-t-elle capable de surpasser les turpitudes d’Elsa et Anna dans l’esprit des fans? Elle en a largement le potentiel en tous cas !

« Une princesse forte et téméraire pour un incroyable récit de bravoure »

Toute existence dans le monde de Vaiana fut créée par Te Fiti, la déesse bienfaitrice dont le cœur a le pouvoir de donner la vie. Ce dernier, qui se matérialise sous la forme d’une superbe opaline, attire forcément toutes les convoitises. C’est pourquoi le Demi-Dieu Maui, qui n’a de cesse que de trouver l’affection et l’amour des hommes, s’en est emparé pour leur donner, permettant malheureusement aux « Ténèbres » de se répandre à travers les Océans. 1000 ans plus tard, cette « légende » continue d’être transmise au peuple des îles… mais lorsque le mal ancestral s’abat véritablement sur l’archipel où réside la jeune Vaiana, princesse de son état, plus personne ne peut nier l’évidence ! Notre demoiselle va donc braver les vagues déchaînées et mille dangers pour retrouver Maui et le forcer à restituer le cœur de Tefi Ti.

Techniquement, Vaiana est une vraie claque ! Tout est soigné jusque dans les moindres recoins et, si l’on parle beaucoup de la grâce des cheveux de Merida dans Rebelle ou de Raiponce dans le film éponyme, ceux de notre princesse des îles sont tout bonnement bluffants de réalisme. Ils épousent le corps de la demoiselle quand ils sont mouillés (et vu le contexte, ça arrive souvent), ils flottent au vent lors des longues traversées, bref, ils sont presque aussi crédibles… que ceux d’une vraie actrice en chair et en os !

« Visuellement, Vaiana est d’une beauté enivrante! Une véritable ode au voyage! »

Niveau gestion physique, on reste également bouche bée devant l’animation de l’océan et de ses vagues tantôt douces, tantôt déchaînées. Un vrai tour de force pour l’élément liquide qui joue un rôle aussi important que celui du duo Vaiana-Maui. Pour le reste, on s’extasie devant la centaine de détails à la seconde dont le but est d’immerger (c’est le mot) pleinement le spectateur dans cette grande fresque maritime, à mille lieues des contrées frigorifiées de la mythique Arendelle. A noter que la 3D est sympathique, sans plus, et que le film ne perd aucunement de son charme dans une bonne vieille 2D, tant le travail graphique réalisé par Disney force le respect.

Bien entendu, ce Vaiana était attendu au tournant pour ses chansons, l’une d’entre elle devant même « enterrer » le cultissime « Libérée, Délivrée » de la Reine Elsa. Alors certes, si le thème central, alias « Le Bleu Lumière » (How Far I’ll Go en V.O… on sait, ça n’a rien à voir, cherchez pas), donne des frissons et reste terriblement en tête tandis que les autres mélodies nous font vraiment voyager, on pestera contre un étrange problème de rythme sur certains titres une fois doublés en français. Heureusement, ce léger écueil est rattrapé par d’incroyables chants traditionnels dont on saisit sans peine toute la puissance et le message.

« Anthony Kavanagh en Maui est juste… parfait! »

Et puis, niveau voix françaises, le spectacle comique est assuré grâce à Anthony Kavanagh, qui incarne un Maui encore plus drôle que ce qui transparaît à l’écran, grâce à des intonations de voix fun et déjantées à souhait. Aucune erreur de casting pour le coup puisque la fraîche et convaincante Cerise Calixte, révélée par The Voice, nous livre une prestation impeccable en Vaiana souvent déterminée mais parfois en proie aux doutes sur ses capacités.

Enfin l’histoire, bien qu’un peu longuette à démarrer, nous fait vivre par la suite une véritable montagne-russe d’émotions, d’action, de bravoure et de scènes à couper le souffle, tout en nous offrant une « princesse » loin des canons filiformes de « l’ancien » Disney. Fière de ses formes et de sa force de caractère, elle n’a clairement pas besoin d’un prince pour lui venir en aide… et ça fait du bien !

Vous l’aurez compris, Disney apporte ici une touche diablement ensoleillée à notre hiver un peu glacé, grâce à un film plein de vie mettant en exergue une héroïne forte et attachante, un univers maritime incroyable de beauté et une kyrielle de personnages hilarants au travers d’une histoire rythmée par des musiques vibrantes et une animation à couper le souffle. Un « GRAND » Disney que je vous recommande vivement d’aller voir, tout simplement !

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 5/5



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau

Dévoreur de livres, de séries ou de films, j’adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C’est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d’action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j’ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j’aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d’avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l’histoire de mon pseudo, elle est très simple: j’adore les chapeaux, tout simplement! J’espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j’éprouve à vous les rédiger!