Review

Si vous êtes, comme moi, séduit par la Famille Addams depuis les films de Barry Sonnenfeld des années 90’s avec le charismatique Raul Julia en Gomez Addams, Christopher Lloyd (Doc Brown dans Retour vers le Futur) en Fétide, Christina Ricci en délicieuse mercredi et Anjelica Houston en mortellement séduisante Morticia, alors vous risquez d’avoir un choc à la vue du film d’animation qui nous occupe! En effet, avec les réalisateurs du déjanté Sausage Party aux manettes, on a droit à un retour aux sources au matériau d’origine, à savoir la BD des années 30 imaginée par Charles Addams! De quoi donner un coup de fraîcheur à une franchise mythique? Pas si sûr.. 

« Un début délicieusement sombre »

La Famille Addams nous emmène, au début de son récit, en plein mariage de Morticia et Gomez Addams. Une cérémonie délicieusement « mortelle » qui tourne hélas court à cause d’habitants armés de fourches et de torches, bien décidés à chasser ceux qu’ils qualifient comme des « monstres ». En fuite, nos jeunes époux trouvent alors la maison « maudite » idéale en haut d’une sombre montagne, surplombant un territoire embrumé vierge de toute présence humaine. Treize années passent et la famille s’agrandit de deux enfants, Mercredi et Pugsley, et d’un majordome, Lurch. Mais alors que tout semblait allait pour le meilleur dans le « pire » des mondes, voilà que la brume se dissipe et laisse apparaître… un quartier résidentiel formaté par la diabolique Valérie Damidot de service: Margaux Nidler! Et croyez-moi: cette dernière est bien destinée à abattre pour de bon cette demeure des Addams qui fait tâche dans son projet immobilier hors de prix!

« Le look des Addams ne plaira pas à tous les fans »

Si le début du film de Conrad Vernon et Greg Tiernan, à qui l’on doit Sausage Party, fait indubitablement mouche par son humour noir et son ambiance sombre, tout comme certaines séquences se montrent vraiment jouissives (la scène ou Pugsley et Gomez se battent en duel est totalement folle), le reste s’enlise hélas dans une certaine conformité, nous ressortant les ficelles d’un choc de deux mondes en la personne de Mercredi, en pleine crise d’adolescence, qui tente de briser sa monotonie en intégrant l’école de la ville. Cela aurait pu donner lieu à des situations vraiment fantasques mais se noie hélas dans un trop grand nombres d’intrigues qui ne sont jamais menées comme il faut. On pense aussi au rite de passage à l’âge adulte de Pugsley, à la volonté de Parker, la fille de Margaux, de montrer à sa mère qu’elle existe, mais aussi à l’arrivée de tous les amis des Addams pour la Mazurka, et j’en passe. C’est trop dense et ça traîne en longueur, ne laissant que peu de place à des personnages pourtant géniaux dans les films précédents tels que Fétide ou Lurch.

« Le film se perd dans trop d’intrigues génériques »

Au niveau visuel, on sent que les moyens ont manqué pour nous proposer un vrai triple A du film en images de synthèse. On pourra aimer ou pas le look des personnages inspirés de la BD des années 30, avec surtout un Gomez grassouillet à mille lieues du dandy qu’était Raul Julia (paix à son âme), mais on ne pourra passer l’éponge sur une animation en dents de scie qui peine à trouver ses marques pour nous proposer une action mise en scène comme il se doit. C’est dommage, car honnêtement le début du film faisait état d’excellentes choses et promettait énormément pour la suite, mais il faut croire que les réalisateurs ont eu peur d’apporter la folie nécessaire à cette Famille Addams pour la démarquer du reste des productions actuelles. Dans le même style, vous pouvez carrément opter pour Hôtel Transylvanie, bien plus réussi.

Reste donc un film d’animation qui se laisse regarder, sans plus, et qui pourra peut-être vous faire sourire quelques fois, mais rien d’aussi remarquable que les longs métrages des 90’s. Heureusement que, pour cette édition Blu-ray, plusieurs bonus sympathiques vous seront offerts tels qu’un jeu de mime avec la Chose, une rétrospective sur les Addams et même quelques scènes coupées. En espérant que la prochaine adaptation fasse honneur à cette famille si atypique que l’on aime tant!

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 2,5/5



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!