Review

Après un premier film absolument incroyable, les Kingsman sont de retour pour sauver le monde d’un autre fou incarnant parfaitement le stéréotype du méchant de service: mu par l’argent, avide de pouvoir et surtout… sans cœur. Son aîné ayant littéralement soufflé tout le monde, ce Kingsman 2 parviendra-t-il à faire aussi bien ou la recette s’essoufflerait-t-elle déjà? La première hypothèse… sans hésitations!

« Eggsy va devoir s’allier aux Statesman pour mener à bien sa mission »

L’agence de renseignement britannique Kingsman est sur le point de disparaître à cause de la trahison de Charlie Hesketh, un ancien candidat qui a choisi de se venger en rejoignant le camp des criminels. Avec son QG détruit et une bonne partie de ses agents ayant rejoint l’au-delà, Kingsman ne doit son salut qu’aux rares survivants, lesquels enclenchent le plan d’urgence. Son but? Entrer en contact avec une organisation secrète alliée américaine, les Statesman, afin de détruite Poppy Adams, la machiavélique leader du plus grand trafic de drogue de la planète! Un choc des cultures qui s’annonce haut en couleur!

S’il fallait retenir 3 choses de ce Kingsman 2, on citerait d’emblée : les scènes d’action, l’humour parfaitement dosé et les décors. Pour l’action, quoi de plus normal puisque l’on parle de Kingsman, le premier opus nous ayant totalement bluffé par ses chorégraphies de combat dantesques. L’avantage ici, c’est qu’Eggsy n’est plus simple un candidat, c’est un Kingsman à part entière, le nouvel agent Galahad, et il sait clairement se battre comme en attestent le début du film: une bonne bagarre qui se transforme en course-poursuite/fusillade avant de finir tout en explosion. On a vu à peine 10 minutes du film et déjà, on en a pris plein les yeux. Rajoutons à cela des décors spectaculaires et des effets spéciaux convaincants (sans être transcendants) et on obtient un long métrage qui va assurément faire plaisir aux fans.

« Un rythme frénétique et des cascades époustouflantes! »

Niveau bande-son, par contre, c’est un peu moins glorieux. En effet, elle colle bien à l’action mais passe plutôt inaperçue au bout du compte. Hormis dans certaines scènes où elle joue un sacré rôle, le reste du temps elle se fait bien trop discrète. On vous rassure, rien de dérangeant.

Le jeu d’acteur, par contre, est toujours au top avec un Taron Egerton tout bonnement parfait dans son rôle de Galahad, et une Julianne Moore que l’on aura forcément envie de détester tant elle parvient à nous faire passer sa folie et ses émotions négatives dignes de son rôle de grande méchante à abattre. De quoi donner une grande force au film.

Avec son rythme haletant et ses personnages charismatiques, vous comprendrez aisément que ce Kingsman 2 est un très bon crû… et pourtant certains le considèrent comme moins bon que son aîné. Une raison à cela : Les gens savent désormais à quoi s’attendre d’un Kingsman et cette suite reprend à la lettre la recette du premier volet, en lui ajoutant hélas certains scènes « de trop » car un brin stupides avec leur humour trop gras. Pas de quoi bouder un excellent divertissement qui met la barre très haut en termes d’action et que l’on vous recommande chaudement!

La Bande-Annonce

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau

Dévoreur de livres, de séries ou de films, j’adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C’est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d’action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j’ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j’aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d’avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l’histoire de mon pseudo, elle est très simple: j’adore les chapeaux, tout simplement! J’espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j’éprouve à vous les rédiger!