N-Gamz.com
Jeux Vidéo, Manga, Ciné et Asian/Game Music. Une seule devise: Zéro Concessions!



Les événements

17 août 2015
 

Anno 2205: Notre Preview Made in Gamescom 2015!

Quatre ans après un Anno 2070 qui avait pris tout le monde de court en instaurant un contexte futuriste dans une saga pourtant liée par l’Histoire Humaine, Blue Byte et Ubisoft reviennent à la charge avec leur nouveau City-Builder : Anno 2205. Oui, on est comme ça chez eux, on prend directement 135 années dans la figure, mais bon sang que c’est impressionnant !

Les villes du futur ont un sacré cachet!

Les villes du futur ont un sacré cachet!

La Gamescom 2015 aura été un bon cru pour Ubisoft, c’est un fait. Après avoir pu rejoindre Evie et Jacob Frye dans les rues malfamées d’une Londres Victorienne grâce à Assassin’s Creed Brotherhood, nous être déhanchés de façon improbable sur les rythmes effrénés de Just Dance 2016 et avoir pris le volant d’imposants Monster Trucks survitaminés dans The Crew : Wild Run, nous avons clôturé nos rendez-vous presse chez l’éditeur par la présentation d’Anno 2205, un City-Builder issu d’une longue lignée de titres reconnus dans le genre.

Il faut dire qu’on attendait Blue Byte, le développeur, au tournant après qu’il eut transposé la mythique série Anno, auparavant empreinte d’univers médiévaux, vers un contexte futuriste plutôt apocalyptique avec Anno 2070. La Terre avait alors subi de plein fouet les affres du réchauffement climatique et trois sociétés aux idéaux bien différents (Sur-production industrielle VS Hyper-Ecologisme VS Recherche Scientifique) se battaient les quelques îles restantes sur notre chère Planète Bleue. Un titre innovant, excessivement bien réalisé et qui fut salué par la critique malgré un mode campagne en peu en retrait.

La lune vous attend... et quelle vue splendide!

La lune vous attend… et quelle vue splendide!

Cette fois, nous sommes en 2205, et la Terre s’est remise de ses blessures. Exit les trois factions d’il y a 135 ans et place à vous, rien que vous, vos idéaux, votre façon de faire, contre un conglomérat qui se fait appeler « L’Orbital Watch » et qui a pris le contrôle de la Lune pour assouvir une pseudo-domination sur les humains. On vous rassure, pas de FPS boosté à la testostérone où un seul homme éradique à lui-seul une multinationale diabolique… non, ici tout va se faire dans le calme (ou presque), à grands renforts de mégalopoles à construire, de territoires à aménager et de population à satisfaire.

D’emblée, ce qui frappe lorsqu’on nous présente Anno 2205, c’est son moteur graphique et son niveau de détail hallucinant. Blue Byte maîtrise son sujet visuellement parlant, c’est un fait. La ville qui nous est montrée via une caméra voltigeant entre les buildings comme un drone (une option disponible pour le joueur qui pourra faire ses propres montages vidéo en caméra de survol, de quoi épater la galerie), grouille littéralement de vie. L’occasion d’admirer le flot incessant des voitures volantes et des trains anti-gravité, le tout dans un souci d’anticipation « crédible » et réaliste. On garde donc nos bonnes vieilles routes avec un aspect plus « design » et des buildings épurés qui tendent à une sacrée verticalité. La cité est d’ailleurs 5 fois plus vaste que la plus grande île de Anno 2070. Niveau technique, on ne note aucun lag ni ralentissement et les détails sont hallucinants de précision (il faut voir les excavateurs des mines rejeter les pierres à peine extraites du sol ou l’usine de construction de robots qui nous présente toutes ses chaînes de montage… on s’y croirait).

La customisation de bâtiments offre d'excellentes alternatives de gameplay

La customisation de bâtiments offre d’excellentes alternatives de gameplay

Bref, le jeu est beau, diablement beau, mais qu’en est-il du gameplay ? Blue Byte, dont c’est quand même le sixième Anno, a de suite tenu à nous rassurer : le jeu sera toujours aussi profond, mais il deviendra également plus accessible. Oui, il est possible de faire cohabiter les deux via de très bonnes trouvailles de gameplay. Un exemple ? Les bâtiments sont tous customisables ! Ainsi, au lieu de construire dix usines l’une à côté de l’autre (ce qu’il est toujours possible de faire), vous pourrez tout à fait adjoindre des modules de « boost » énergétique à une seule de vos manufactures pour augmenter sa productivité. Il y a ainsi des dizaines de façon de faire évoluer sa ville sans passer par la construction à répétition ou le coût de masse. Citons également la possibilité de réaliser des missions annexes, notamment façon STR avec ramassage de bonus gonflant une barre de capacité (idéal pour appeler un air strike), histoire de récupérer des ressources rares qui pourraient accélérer votre expansion. Ces missions sont totalement facultatives et proposent trois niveaux de difficultés, pour autant de gains de ressources différents. Et si vous avez vraiment besoin de ces matériaux mais pas le temps de vous lancer dans une quête secondaire, il vous est toujours possible de les acheter à Nic Papadakis, votre trader attitré.

Tant qu’on en est à parler de ressources, sachez que le titre en comporte cinq principales, mentionnées en permanence en haut de votre écran, mais qu’elles se récolteront totalement différemment en fonction de la situation géographique de vos villes. « VOS » ? Oui, car à l’instar de l’épisode précédent, vous allez pouvoir construire des cités à différents endroits de la planète, sauf qu’à la place des îles qui vous demandaient de répéter le même schéma de construction en repartant de zéro, encore et encore, cette fois vous aurez accès à une zone tempérée, l’Arctique, … mais aussi la Lune ! Le gameplay change ainsi du tout au tout, comme nous avons pu le constater.

Les météores sont un bel exemple de différenciation du gameplay en fonction de l'environnement

Les météores sont un bel exemple de différenciation du gameplay en fonction de l’environnement

En effet si, sur les zones tempérées, vous érigerez vos usines d’extraction et de production d’énergie très à l’écart des habitations (façon zoning industriel bien de chez nous), en Arctique, vous aurez tout intérêt à placer une grosse industrie et à agglomérer vos modules habitables tout autour. Pourquoi ? Parce qu’il faut limiter les déplacements de votre population pour se rendre au lieu de travail (ça caille dehors, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué) mais aussi parce que les industries génèrent automatiquement… de la chaleur dans leur zone de proximité ! Sur la Lune, changement de méthode également puisqu’il vous faudra d’abord protéger vos constructions des chutes de météorites très fréquentes, l’astre n’ayant pas d’atmosphère pour permettre aux roches stellaires de se désintégrer. La solution : ériger des boucliers qui couvriront une certaine zone. A vous de voir si vous allez les grouper en champ de protections surpuissant permettant d’élever de hautes structures, ou de façon plus disséminée en privilégiant les modules habitables « ras de sol ». Et ce ne sont là que quelques-uns des exemples de différenciation de gameplay auxquels ont pensé les développeurs en suivant le principe des environnements distincts.

L'Orbital Watch vous mettra des bâtons dans les roues... à vous de faire jouer la force via de sympathiques quêtes annexes!

L’Orbital Watch vous mettra des bâtons dans les roues… à vous de faire jouer la force via de sympathiques quêtes annexes!

Mais des façons de jouer aussi différentes n’empêchent pas que la construction d’une ville vous fait généralement repartir de zéro à chaque fois… ce qui peut être lassant puisqu’on ne s’amuse vraiment qu’au bout de plusieurs longues heures de jeu, une fois que sa cité est plus conséquente. C’est là qu’entre en scène LA bonne idée du soft : la gestion simultanée de plusieurs colonies jointe à l’échange commercial ! En effet, vous accèderez d’un simple retour arrière sur votre souris, à une vue vous présentant toutes vos cités éparpillées aux quatre coins du globe ou de la Lune. Chaque colonie peut extraire des matériaux que l’on ne trouve que chez elle, et les transférer de façon immédiate aux autres pour favoriser leur expansion ! Vous allez donc gérer le troc entre vos propres créations, ce qui permet notamment, lorsque vous débarquerez pour la première fois en Antarctique, de pomper une bonne partie des ressources de votre cité tempérée pour ériger tout de suite une agglomération digne de ce nom, sans devoir vous taper de longues et fastidieuses heures de jeu. Excellent !

On ne va pas vous le cacher, Anno 2205 est l’un des jeux qui nous a le plus enthousiasmé dans le catalogue Ubi lors de cette Gamescom 2015. On sent que les développeurs bichonnent leur bébé en lui attribuant un niveau de détail visuels rarement atteint dans un City-Builder, une interface travaillée et bien pensée qui vous permet, par exemple, de bouger une usine et toutes ses annexes d’un seul coup, et surtout un nombre de possibilités de gameplay assez incroyable qui devrait rendre le jeu accessible au plus grand nombre sans dénaturer sa complexité sur le long terme. C’est bien simple, le titre à lui seul m’a donné envie de renouer avec le genre ! Espérons juste que Blue Byte donnera plus de consistance narrative à la « campagne scénaristique » de façon à nous immerger pleinement dans cet univers futuriste si aguicheur. Sortie prévue le 3 novembre prochain sur PC.

La Note Preview N-Gamz: 5/5

La Bande-Annonce

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!



 
Les dernières news!
 

 

Nintendo perd une exclu au profit de Sony! Inazuma Eleven prévu sur PlayStation 4!

Saga mythique du football RPG qui a fait les beaux jours des consoles portables Nintendo (et de la Wii avec le spin-off Strikers), Inazuma Eleven va faire de sacrées infidélités au papa de Mario puisqu’il va débarquer...
by Neoanderson
0

 
 

Avec sa PS4, Sony a gagné la Guerre des Consoles en Europe! Pour ou Contre? A Vous la Parole!

Hier matin, nous vous donnions la primeur des chiffres de vente européens des consoles de salon actuelles depuis leur lancement, lesquels faisaient apparaître une avance considérable pour Sony et sa Playstation 4. Ainsi, la ...
by Neoanderson
1

 
 

Bungie bosse sur un nouveau jeu et ouf! Ce ne sera pas un Destiny! (OK, un GAAS aussi)

Alors que la sortie de Destiny 2 sur PC approche à grands pas et que les versions consoles ont connu un lancement un peu chaotique avant de voir leurs joueurs fondre comme neige au soleil (confer notre news en cliquant ici), B...
by Neoanderson
0

 

 

Xbox One: les jeux Xbox 1 sont chers… mais il y a du lourd! Star Wars KotoR, Ninja Gaiden, …

Si Phil Spencer dit vrai, la rétrocompatibilité des jeux Xbox première du nom sur Xbox One est pour bientôt, même si nous avions tous très peur du maigre line up proposé après les révélations du boss Xbox, lequel avai...
by Neoanderson
1

 
 

GT Sport Vs. Forza 7 Comparatif Technique: Une « âme » et + de détails chez Sony… mais sans 4K!

Nos confrères de Digital Foundry ont passé au grill technique les deux simulations de course First Party phares du moment (omettant un excellent Project Cars 2, qui est multisupport): Gran Turismo Sport et Forza Motorsport 7!...
by Neoanderson
1

 
 

PlayStation 4: 3x plus vendue que la Xbox One en août chez nous. 2x plus que la Switch.

Si l’on en croit les chiffres de ventes totaux mais également ceux des ventes uniques du mois d’août 2017 publiés par nos confrères de VGChartz, la PlayStation 4 domine totalement la guerre des Consoles en Europ...
by Neoanderson
0