Review

Starlink: Battle for Atlas, c’est à la fois la tentative d’Ubisoft de nous proposer un grand Space Opera mixant No Man’s Sky et Mass Effect, et un titre tentant de surfer sur la mode des jouets vidéo façon Skylanders ou Disney Infinity. Le souci, c’est que cette fameuse mode est juste… morte et enterrée! Et oui, devant des coûts de production trop grands et un manque d’engouement du public, autant Activision que Disney ou Warner (pour LEGO Dimensions) ont jeté l’éponge, et le papa de Rayman arrive clairement après la bataille. Parviendra-t-il à faire revivre cette manne financière potentielle à grands renforts de vaisseaux spatiaux et d’un Starfox invité en guest sur Switch? La réponse dans notre vidéo-test complet!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 16/20

Le Snowdrop Engine made in Ubi fait des merveilles pour la réalisation graphique de Starlink. Couleurs chatoyantes, environnements bien différents, framerate fluide au possible et effets spéciaux de qualité, autant dire que le voyage visuel vaut le détour. Dommage donc que les planètes soient si vides de faune locale…

Gameplay/Scénario: 12/20

C’est là où le bat blesse. Entre un scénario assez convenu et un gameplay très répétitif, le titre d’Ubisoft pêche par manque d’ambition. A petites doses, il se révèle néanmoins très plaisant, mais si on ajoute à cela le fait que le côté jouet vidéo est flingué à cause d’un starter pack au prix prohibitif comparé à une édition digitale moins chère et donnant accès à plus de vaisseaux et d’armes, on se rend compte que les devs ont un peu raté le coche.

Bande-Son: 16/20

Les musiques sont dignes des Space Opera de la grande époque, les bruitages de qualité et le soft a l’avantage d’être totalement doublé en français. Immersion garantie.

Durée de vie: 14/20

Avec 7 planètes assez vastes à visiter et de nombreux combats spatiaux, la durée de vie de Starlink est plus que correcte, mais on ne pourra que déplorer le côté ultra répétitif des missions et le manque d’envergure du scénario qui ne pousse pas vraiment à la replay value.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Soyons francs: on avait du mal à être hypé par Starlink: Battle for Atlas après la fausse hype de No Man’s Sky et la mort des jouets vidéo. Et pourtant, on ne peut nier que le bébé d’Ubisoft a été soigné, peaufiné pour nous livrer au final un Space Opera plaisant, Full FR, bardé d’une réalisation graphique convaincante et d’un système de jeu qui fait la part belle aux mods. Le souci, c’est que les missions sont vraiment trop répétitives et que le côté jouet vidéo coûte au final plus cher qu’une version dématérialisée… de quoi tirer une balle dans le pied du concept, mais pas du soft en lui-même fort heureusement!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!