Review

Disponible depuis le 31 Octobre 2013 en accès anticipé sur Steam, le MMOFPS à tendance horrifique Nether ouvre les hostilités en vous proposant d’emblée 3 packs pour différents prix : Watcher, Believer et Chosen. Le tout vous offre l’accès au jeu et aux forums afin de participer au développement du soft, mais vous octroie aussi des crédits ingame histoire de débloquer des personnages supplémentaires, des éléments esthétiques, mais aussi et surtout des clefs d’invitations pour faire entrer vos amis pendant 72 heures dans l’enfer de Nether. Car oui, quitte à se retrouver en territoire hostile, autant le faire en bonne compagnie, mais vous… êtes-vous prêt à pénétrer dans cet univers ? 

Welcome to Netherland

Un monde en ruine pour un MMOFPS angoissant

Edité par Nether Productions LLC et développé par Phosphor Games, à qui l’on doit un catalogue vidéoludique éclectique avec notamment un jeu présent sur Kinect Adventures, mais aussi The Dark Meadow, FPS pour produits Apple sorti en 2011, ou encore Horn sur les mêmes supports (iPad, iPod, iPhone, iTouskevouvoulé…), un magnifique jeu d’aventure mâtiné de puzzle-game. Mais entrons dans le vif du sujet, car désormais le développeur se lance dans le MMOFPS Survival/Horror avec Nether. Disponible sur Steam en accès anticipé, le titre nous promet une immersion dans un univers post apocalyptique ou entraide et traîtrise seront de mise. Explications.

On ne sait ce qu’il s’est passé sur notre douce Planète Bleue, mais autant dire qu’on ne la reconnaît plus… C’est un joyeux boxon, tout en ruines: la végétation a repris ses droits, les routes sont encombrées de voitures abandonnées, crashées, et les anciens parcs verdoyants sont désormais des friches avec de magnifiques squelettes pendus aux arbres. Bref, autant dire que rien ne donne envie de se promener, mais survie oblige, il vous faudra vous aventurer hors des zone de sécurité pour dénicher des armes, des médipacks, de l’eau ou des objets que vous pourrez recycler ou troquer contre des armes ou revendre. Mais qu’est-ce qui a créé cet environnement ? Apparemment une invasion de ce qui ressemble à des extraterrestres tout droit sortis de vos pires cauchemars : les Nethers ! Désormais légions sur nos terres, ils n’ont qu’une idée en tête : vous bouffer ! Sortant de nulle part, sous terre, dans les airs, sous OGM, ils ont la faculté de se téléporter en prime… Vous l’aurez compris, on est très loin de Disneyland mais bien plus proche des portes de l’enfer. Heureusement, vous n’êtes pas seul : d’autres survivants sont présents… dont certains qui seront les premiers à vous coller une balle dans le dos afin de récupérer ce que vous avez dans votre sac !

Engagez-vous qu’ils disaient !

Une map gigantesque

Dans Nether, vous commencez par choisir votre personnage, mais autant dire que le but est plus esthétique qu’autre chose. Sachez néanmoins ceci : quand vous mourez dans le soft… et bien vous mourez ! Vos points d’aptitudes sont remis à zéro et vous repartez avec un personnage vierge ! Le principe ne vous est pas inconnu, n’est-ce pas ? En effet, DayZ nous a déjà habitués au genre « jemangemonclaviertellementjerage ». Pulvérisé sur des serveurs pouvant accueillir jusqu’à 64 joueurs, vous avez ensuite le choix entre être débarqué dans la zone de sécurité ou directement dans la pampa infestée de Nethers. La « Safezone » vous donnera des indications sur les événements en cours, mais aussi des quêtes, des paquets à donner à tel ou tel personnage, qui vous permettront de vous familiariser avec les principes de troc, de craft et de vente inhérents au titre. De plus, vous pourrez y souffler un peu car ni Nethers, ni d’autres joueurs ne peuvent vous faire de mal ici. Un peu de repos dans ce monde horrifique, croyez-moi, ça ne fait pas de mal !

Une fois dehors, diverses activités vous attendent, hormis votre propre survie certes ! Des prises de lieux stratégiques, des escortes, des portails de Nether « popant » à droite ou à gauche, et bien entendu c’est à vous d’aller leur coller une dérouillée pour leur faire comprendre que cette planète est encore la nôtre ! Cependant, vous tomberez souvent sur des joueurs peu sociables qui s’amuseront à vous tuer par pur plaisir, peu importe votre équipement. Et autant dire que certains se montreront extrêmement « courageux » en n’hésitant pas à appeler des potes histoire d’être à six contre un, ne vous laissant même pas un seul début de chance, juste pour récupérer votre malheureux couteau et trois bandages. Rageant.

Tu vises, tu tires… TU COURS !!!

Nether, un endroit où il fait bon vivre?… Pas tant que ça!

En termes de level-design, Nether est plutôt bien pensé puisque divers types de terrains s’offrent à vous, allant du centre-ville aux zones industrielles, en passant par ce qui était encore il y a peu des parcs où les familles venaient sûrement se balader avant que le tout ne ressemble à la fameuse scène du jardin d’enfants de Terminator. Divers bâtiments vous offriront la possibilité de trouver des objets, une pseudo-protection, ou encore de magnifiques spots de visées pour les snipers. Nether nous propose clairement une map gigantesque digne de ce nom, mais qui aura parfois le don de nous faire pester quand il n’y a rien à faire et qu’il faut retrouver ses alliés à l’autre bout de la carte.

Quant au gameplay, tout joueur adepte de fps s’y retrouvera très vite, et les néophytes prendront rapidement le jeu en main. Malheureusement, le soft souffre encore d’énormément de bugs : freeze complet, éjection de serveurs avec impossibilité de sortir du jeu, ralentissements, « bouffage » de bande passante, voire carrément plantage complet du pc… Bref, du pas très joyeux… (mais comme l’éditeur nous a demandé un test complet alors que de nombreuses mises à jour sont encore en programmation… faisons-lui cet honneur!).

Comme quoi, même l’apocalypse ça peut être beau!

Des graphismes travaillés, mais un jeu truffé de bugs

Nether est certes encore truffé de bugs, cependant le soft est beau, les textures sont de bonne qualité même si l’on retrouve souvent la même ambiance graphique selon les zones dans lesquelles on se situe. Il est dommage cependant que tous les personnages se ressemblent et que le « design » soit assez injustement partagé. Je m’explique : autant l’environnement recèle de petites merveilles de plaisir visuel, autant la modélisation des avatars est assez basique et peu travaillée. De plus, niveau bâtiments, on aperçoit souvent les mêmes éléments (stations-services en veux-tu en voilà, intérieurs d’immeubles se ressemblant énormément…).

Sur le plan sonore, la bande-son du titre est très convaincante et l’immersion est totale. Le souffle du vent dans les herbes hautes, le bruit des Nethers et de leur téléportation plus qu’inquiétante, tout est bien pensé, finement réalisé, et donne un résultat plus que positif. 

Mi-figue mi-raisin

Malgré une preview qui laissait entrevoir un jeu pouvant largement éclipser DayZ et se faire une place dorée dans le monde des MMOFPS horrifiques à ambiance post-apocalyptique, Nether est encore aujourd’hui peuplé de bugs plus que gênants. Le titre est toujours en développement et l’équipe reste à l’écoute des joueurs, et je pense qu’il est bon de retenir ce point car le soft possède d’excellentes bases et un principe très bon. L’ambiance est totalement changeante d’une partie à la suivante, d’un serveur à l’autre et s’il est parfois jouissif de tenter quelque chose en co-op, il est vraiment rageant de tomber par moments sur une communauté basée sur le pvp pur et dur. Certes, cela vous fera gagner des médailles, mais si vous n’êtes pas dans la même optique de jeu, vous pouvez dire adieu à tout plaisir ingame. En clair, Nether est encore en plein chantier, et seul l’avenir  nous dira si le jeu tiendra enfin ses belles promesses…

La bande-annonce live

Réalisation: 13/20

Des graphismes à la hauteur, une ambiance flippante… du bon. Mais alors pourquoi cette note Lady ? Parce que le soft souffre d’énormément de bugs encore à l’heure actuelle, malgré les mois qui passent…

Gameplay/Scénario: 14/20

Le gameplay est bon, la prise en main est rapide et intuitive car le titre reprend les bases de tout FPS qui se respecte. L’ajout de la mort définitive (à la mode depuis le mod d’Arma II, DayZ) est un plus qui rend le jeu très immersif. Le scénario est, quant à lui, quasi inexistant. On ne sait jamais d’où ces créatures sortent. Les quelques quêtes d’escortes, de prises de lieux, etc… sont agréables, mais hélas vite répétitives.

Bande-Son: 16/20

La bande son rend l’immersion dans cet univers glauque à souhait quasi complète. Cependant, le silence parfois oppressant devient vite « lourd » quand on parcourt des kilomètres dans la pampa. Ça nous donnerait presque envie de mettre du Kyary Pamyu Pamyu pour nous distraire un peu. 

Durée de vie: 15/20

Tout dépendra de votre façon de jouer, d’accrocher à la communauté présente en même temps que vous, mais vous pourrez aussi bien faire une partie de 10 minutes comme y passer des heures et des heures car Nether possède un petit côté addictif, autant vous prévenir.  

Note Globale N-Gamz.com: 13/20… en l’état!

Oui je préfère le préciser: J’aimerai mettre à Nether une meilleure note, digne de ce nom, digne de ce que soft tend à devenir… mais les nombreux bugs pourrissent l’expérience en jeu que j’ai pu vivre notamment avec deux autres testeurs, qui ont tout autant été victimes que moi de plantages et freeze en tous genres. J’aurais préféré vous dire que ce n’était pas le cas, car lors de la preview je vous faisais miroiter un futur jeu en or, une petite pépite. Résultat aujourd’hui : Nether est encore un diamant brut. Le soft reste prometteur cependant, et l’équipe de développement est très à l’écoute de la communauté. Nether reste donc une affaire à suivre… 



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !