Review

Quand les petits frenchies d’Arkane Studios ont présenté Dishonored pour la première fois à la presse, tout le monde a été d’emblée ébahi par l’univers Steampunk Victorien qui portait le projet. Ayant grandi sous la houlette de Bethesda, le jeu d’action infiltration en vue interne a engendré des heures de files pour sa démo jouable à la Gamescom 2012, avant de faire un carton à sa sortie, quelques mois plus tard sur PC, PlayStation 3 et Xbox 360 (la preuve dans notre test et vidéo-test complet à cette adresse : http://n-gamz.com/video-game-review/dishonored/) . Autant dire qu’une réédition Next-Gen ne pouvait qu’engendrer un excellent jeu, non ?  Et bien non en fait!

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 11/20

On apprécie clairement la fluidité de l’animation qui était un peu absente des versions consoles antérieures. De même, la réalisation 3D a été améliorée, mais trop légèrement et n’est clairement pas au niveau de titres développés spécialement pour Next-Gen. Des textures pixellisées et certains modèles 3D anguleux ou mouvements « mécaniques » font un peu tâche dans l’ambiance pourtant si oppressante et immersive de Dunwall.

Gameplay/Scénario: 18/20

Dishonored parvient à rendre l’infiltration « nerveuse » grâce à la téléportation qui permet pas mal de folies. De plus, il y a énormément de choses à récupérer en jeu comme des runes pour acquérir de nouveaux pouvoirs ou des bone charms pour s’équiper de capacités passives. Le titre est vaste et propose de nombreuses façons d’arriver à ses fins, certaines n’ayant même pas été envisagées par les développeurs (dont de sacrés combos de magie). Niveau scénario, l’Outsider est clairement un personnage intriguant et l’épopée de Corvo à la recherche de la jeune Impératrice Emily ne vous laissera pas indifférent, sans parler des quatre DLC qui approfondissent le sujet.

Bande-Son: 14/20

Les musiques sont épiques quand il le faut mais versent en général vers le ténébreux, privilégiant des nappes diffuses pour laisser place aux conversations à moitié étouffées et aux bruits d’ambiance émanant de la ville crasseuse rongée par la maladie. Un vrai travail d’orfèvre que nous sanctionnons néanmoins durement parce que la version dématérialisée présente sur le PSN Belge, pourtant référencée en français dans les dialogues, est en anglais, avec sous-titres anglais, russe ou polonais ! Aucun patch prévu, et une belle arnaque pour les habitants du Plat Pays dont je fais partie qui auraient précommandé le soft en français (car non bilingues, ce qui arrive), surtout quand on connaît l’importance des textes et des dialogues dans un jeu d’ambiance façon Bioshock. Pour la France, par contre, pas de soucis : vous pourrez jouer intégralement dans la langue de Molière (et donc mettre un 17 à cette note).

Durée de vie: 18/20

Il y a des dizaines d’objets à analyser pour approfondir l’histoire du soft, façon Bioshock (audiographes, livres, conversations à écouter), une histoire qui met une bonne quinzaine d’heures à être terminée, plein de façons de refaire le jeu, notamment sans tuer personne, le tout sans parler des quatre DLC « Dunwall City Trials », « La Lame de Dunwall », « Les Sorcières de Brigmore » et  « Void Walker’s Arsenal » qui boostent encore la durée de vie. Pour un peu moins de 40 Euros, vous aurez donc de quoi faire. Le souci, c’est qu’il existe déjà une édition Game of the Year sur PS3 et Xbox 360 qui inclut tout ça, pour la moitié du prix en occasion. Reste à voir si vous voulez jouer sur Next-Gen ou pas. Si oui, la note de 18 se justifie amplement!

Note Globale N-Gamz.com: 15/20 si vous n’avez pas le soft de 2012. 12/20 si vous le possédez.

Foncièrement, Dishonored est un excellent jeu, et sa remasterisation part donc sur de solides bases. Néanmoins, graphiquement le titre a un peu vieilli et le lifting visuel n’est pas assez poussé pour justifier de repasser à la caisse, sans compter les textes et dialogues seulement disponibles en anglais dans la version dématérialisée (en Belgique) alors que le jeu de base était full FR. Malgré ces écueils, le titre d’Arkane Studios reste une valeur sûre de l’action/infiltration à la première personne avec un gameplay nerveux, un univers sombre et riche, et une durée de vie excellente. Mon conseil ? Si vous êtes passé à côté sur PS3, PC ou Xbox 360, foncez les yeux fermés… sur l’édition Game of the Year à moitié prix! Si vraiment vous voulez vous le faire sur Next-Gen, alors laissez-vous tenter. Sinon… attendez plus de news sur Dishonored 2 !



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!