Review

Sous cette couverture imposante mettant en scène le titanesque Rider et son maître freluquet, Gen Urobuchi nous offre dans ce tome 3 de Fate/Zero, une histoire bien plus sombre que les deux premiers volumes. Cette fois, la guerre est lancée et chacun des mages est prêt à tout pour gagner, même aux pires bassesses. Un opus empreint de stratégie que je me suis fait un plaisir de lire pour vous.

Une noirceur et un réel sadisme se dégagent de ce troisième volume

On se souvient du tome précédent de Fate/Zero, qui voyait Lancer en pleine rixe contre Saber. Alors que notre héroïne semble avoir le dessus, son opposant se voit contraint par son Maître de s’allier à Berserker, ce qui fait largement pencher l’issue du combat en défaveur de notre épéiste. Heureusement, contre toute attente, un personnage inattendu vient troubler le combat, y mettant fin prématurément. De fait, Saber, blessée, se voit sauvée in extrémis d’une bataille qu’elle n’aurait pas gagnée. En parallèle à ces affrontements, un nouveau servant est invoqué: Giles de Rais, plus connu sous le nom de… « Barbe-Bleue »! La seconde moitié du tome met donc en scène un nouveau duo Maître-Servant aux pratiques vraiment macabres, ce qui accentue la violence décrite par l’auteur. D’ailleurs, ce dernier ne se contente pas de nous dévoiler des scènes horribles sans fondements, loin de là. Il nous offre un récit élaboré qui nous emporte dans toute la cruauté d’une guerre pour la possession du Saint Graal, comme nous avions déjà pu en savourer un avant-goût dans les deux tomes précédents.

Ce troisième opus sombre dans l’horreur la plus pure

Graphiquement, Fate/Zero volume 3 suit la même voie que ses aînés, mais nous propose encore plus de noirceur. Beaucoup de trames noires et un encrage forcé à l’extrême sont présents pour le suggérer. Les phases de combat, bien que peu nombreuses, sont parfaitement détaillées et découpées. On apprécie de fait le cadrage dans la mise en scène, qui apporte du mouvement et offre une atmosphère pesante et oppressante. D’ailleurs, certains passages assez morbides montrent une agréable évolution dans le scénario, classant d’office la série dans le seinen. On constate également que la psychologie des personnages prend de plus en plus d’ampleur . Il suffit d’assister aux divergences entre un Maître et son Servant, qui vient pimenter la monotonie du carcan Dominé/Dominant, pour s’en rendre compte. Et puis surtout, chaque duo a vraiment une particularité propre qui le rend attachant, grâce à un énorme travail sur le background. Une franche réussite à ce niveau, qui donne du volume, du réalisme, à tous les protagonistes de cette guerre pour le pouvoir ultime.

En résumé, alors que le tome 2 de Fate/Zero nous offrait d’entraînantes scènes de combat entre Servants, ce troisième opus sombre dans l’horreur la plus pure avec l’arrivée d’un nouveau duo et l’histoire tragique de Kariya. La série se marque au fer rouge par la noirceur et la violence, autant dans son scénario que dans sa mise en page, et confirme le talent de l’alliance entre Gen Urobuchi et Shinjirô . Un régal pour les fans de la franchise! 

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

Yzabel
Yzabel
Je suis une passionnée de manga et de tout ce qui touche à la culture asiatique en général, mais surtout de tout ce qui est en rapport avec les Yokaï. Fan de lecture, je suis également cosplayeuse et dessinatrice à mes heures perdues.